[CR] Engrenages : anthropologie des milieux techniques

Compte-rendu d’ouvrage : Beaune, Jean-Claude (2009). Engrenages. Anthropologie des milieux techniques, Champ Vallon, Paris, 2009

L’ambition de ce livre n’est pas des moindres, Jean-Claude Beaune (JCB) entend faire un état des lieux pour comprendre les déséquilibres anthropologiques de la situation actuelle du monde en pointant un de ses paradoxes : alors que jamais notre civilisation n’a poussé aussi loin sa puissance technique, elle ignore presque complètement la « culture technique », c’est à dire le savoir et les retombées sociales des techniques ; défis déjà présent dans les livres précédents de l’auteur. Mais en entreprenant de caractériser les changements et les déséquilibres anthropologiques induis par les techniques, JCB teinte cet ouvrage d’une épaisseur politique intéressante. Il est possible de considérer cet ouvrage comme une bonne contribution à un ensemble de réflexions récentes sur les inter-dépendances entre technologies, sciences, conception du progrès et conception de l’Homme. A la question : la technique, et plus précisément son automatisation croissante, créé-t-elle un « homme nouveau », un « post-humain »?, l’auteur répond par une étude minutieuse, comme à son habitude, des milieux techniques dans toutes leurs dimensions; mobilisant l’histoire des techniques et des sciences, la philosophie, la sociologie, les mythes et des savoirs techniques. Et c’est précisément en cela que sa contribution est originale par rapport aux ouvrages précédemment évoqués : considérer le milieu technique comme un terrain de contradictions et d’enjeux d’ordre politique, social et économique implique de le comprendre et de le déchiffrer correctement, autrement dit d’y accéder. Un des défis contemporains pour la philosophie des sciences et des techniques est justement de mettre en lumière les situations techniques complexes dans notre état du monde comme des « entités anthropologiques reconnaissables et significatives par elle-même », pour reprendre des termes de JCB ; e.i contribuer à faire des situations techniques des objets de connaissance. Seul ce travail de discernement et de compréhension fine des milieux et situations techniques, et de leurs multiples impacts qualitatifs sur le domaine social – les engrenages – permet de ne pas tout mélanger, de ne pas tomber dans le relativisme ambiant et donne la possibilité de tirer des conclusions sur les conceptions de l’Homme qui ne soient ni catastrophistes ni idéalistes. Ces connaissances permettent à JCB de faire l’hypothèse que le malaise contemporain est beaucoup plus socio-culturel que scientifique et justifie son engagement pour une philosophie anthropologique des techniques. Celle-ci met en lumière un Homme en voie de dépossession de ses savoirs techniques et donc de ses moyens d’agir ; l’automatisation croissante des techniques et l’ampleur de leurs effets, aux prises d’intérêts économiques hégémoniques, pourraient bien créer cet homme nouveau, ce prolétaire générique, consommateur de tous ses besoins, sans métiers, sans prises sur les situations techniques. La contribution de JCB sera fort utile pour mesurer toute la « vanité » de ce post-humain.

Léo COUTELLEC

————————————-

Licence Creative Commons
Ce compte-rendu de Léo COUTELLEC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s