[CR] Anti-Badiou. Sur l’introduction du maoïsme dans la philosophie

Compte-rendu d’ouvrage : Laruelle, F. Anti-Badiou. Sur l’introduction du maoïsme dans la philosophie, Editions Kimé, Paris 2011

Que les espaces philosophiques et politiques soient étroitement liés dans la « pensée-Badiou », cela nous le savions explicitement depuis Le Siècle (2005). Que la radicalité des thèses de Badiou (sur la démocratie, sur le mot « juif », sur « l’homme aux rats », …) soit l’objet de vives critiques, cela ne nous intéresse trop peu à partir du moment où ces critiques en restent à la surface de la pensée-Badiou. L’ouvrage de Laruelle est d’un tout autre registre, il est un plongeon informé et maitrisé dans les interstices les plus subtils de l’œuvre philosophique de Badiou. Il n’est pas en soi une critique, mais une confrontation. Il ne se contente pas d’identifier la violence de la pensée-Badiou, il en décrit la portée philosophique et les conséquences sur nos rapports au réel, au savoir, à l’Homme. Caractérisant le « badiolisme » comme une tentative d’introduire le maoïsme de la « révolution culturelle » dans la philosophie, Laruelle décrypte rigoureusement les mécanismes d’une « pensée conservatrice et autoritaire », d’une « philosophie de la terreur et de l’épuration ». Ce travail de Laruelle ne peut se faire que parce qu’il y oppose une toute autre approche, en tout point absolument opposée, la « non-philosophie » ou « philosophie non-standard ». Cet ouvrage de Laruelle est donc tout autant une mise à nue fine et argumentée de la « logique d’épuration » au cœur de la pensée-Badiou qu’une illustration des derniers développements de la non-philosophie, par ailleurs largement développée dans « Philosophie non-standard » (Kimé, 2011). Le concept de non-philosophie, inventé par F. Laruelle et développé à travers une vingtaine de livres1, n’est pas la négation ou la destruction de la philosophie mais un autre usage de celle-ci qui cherche à démonter sa plus grande illusion, le Principe de Philosophie Suffisante. Pour Laruelle, la philosophie de Badiou est une illustration paradigmatique de ce que la philosophie peut avoir de suffisance.

Tout oppose Badiou et Laruelle, opposition qui se schématise par l’ontologie du vide (OV) d’un côté (à savoir, une ontologie construite sur la base de l’ensemble vide selon la théorie ensembliste de Cantor et Dedekind) et la non-philosophie (NP) de l’autre. Selon Laruelle, le projet « le plus profond » de Badiou, son « intention propre » est de « ré-éduquer » la philosophie par la mathématique. Cette ré-éducation agit comme une intention politique sur la philosophie, comme un « redressement ». La philosophie ainsi ré-éduquée par l’ontologie mathématique, devient la « Doctrine officielle de la Vérité ». Et l’épuration est radicale : du côté mathématique, il ne reste que l’ensemble vide, du côté philosophique, « la catégorie tout aussi vide de vérité ». De là, découle la primauté de l’Être comme Multiple absolu contre l’avant-priorité de l’Un radical chez Laruelle. De là, découle une façon absolument différente de penser les rapports entre science et philosophie : « L’OV met la science au service de la philosophie, la NP met la philosophie au service d’une pensée-science » (p.86). Lorsque Badiou met la philosophie sous condition scientifique, plus précisément sous condition mathématique, Laruelle la met sous « invention rigoureuse » d’une science générique2. Lorsque Badiou vide la philosophie de toute sa substance, Laruelle préfère garder sa matérialité propre mais lui ôter sa suffisance.

Badiou fait de l’ontologie une science de l’être en tant qu’être, lorsque Laruelle propose une science générique de l’Homme-en-tant-qu’Un. Ce statut générique des savoirs, philosophie compris, se trouve être un « phénomène qui n’appartient qu’aux humains et tire d’eux son origine et sa possibilité réelle » (p.98). Le générique permet de se défaire des hiérarchies philosophiques et offre la possibilité d’une philosophie de l’accès contre une philosophie de la clôture.

C’est le principe de superposition (que Laruelle empreinte à la physique quantique3) contre le principe de soustraction. Le sujet de Badiou est un héros, un élu, il doit son statut à la fidélité à un événement miraculeux4, c’est la transcendance absolue. L’Homme de Laruelle est l’Homme ordinaire, l’Homme-en-personne qui ne doit son statut à aucune hiérarchie intra-philosophique, c’est l’immanence radicale. Ces différences fondamentales de posture entre Badiou et Laruelle devraient nous alerter. Les espaces philosophiques et politiques de la pensée-Badiou font système, disions-nous. Serait-il donc normal de soupçonner Laruelle d’anti-communisme. Cette entreprise serait improductive. Ce que Laruelle nous permet de penser c’est un communisme sous condition humaine5 contre un communisme aristocratique et autoritaire : « Le Communisme, évidemment, il n’y a jamais eu d’autre solution digne des Humains, et voulue par eux, mais un communisme générique ou non-standard plutôt qu’une idée autoritaire supposée vraie » (p. 182).

Léo COUTELLEC

2Lire : Laruelle, F. (2008). Introduction aux sciences génériques, Pétra, Paris
3Lire : Laruelle, F. (2011). Philosophie non-standard. Générique, quantique, philo-fiction, Kimé, Paris
4Cet aspect de la pensée-Badiou a été remarquablement mis en lumière par Daniel Bensaïd dans « Alain Badiou et le miracle de l’évènement ». Disponible sur : http://www.marxau21.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=85:alain-badiou-et-le-miracle-de-levenement&catid=39:badiou-alain&Itemid=62
5A ce propos, on relira à juste titre l’ouvrage de F. Laruelle « Introduction au non-marxisme » (PUF, 2000) qui ne visait pas à nier le marxisme mais à le pratiquer autrement pour retrouver son originalité théorique et humaine. Il s’agissait alors d’aller à Marx plutôt qu’y faire retour.

———————————

Licence Creative Commons
Ce compte-rendu de Léo COUTELLEC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

Publicités

2 thoughts on “[CR] Anti-Badiou. Sur l’introduction du maoïsme dans la philosophie

  1. en ces matières, ces limites entre philosophies et politiques, pensées et histoires, sciences et éthiques, idéologies et individualités… je dirais, en utilisant positivement le concept de démocratie épistémique à l’intérieur même des livres de Badiou et Laruelle, qu’il s’y joue très certainement (et de plus en plus clairement pour moi) un principe d’histoire suffisante – PHS – dont l’analyse (et peut-être la simple monstration) devrait permettre de résoudre les amphibologies fort pénibles qui persistent ici et là entre communismes, christianismes, religions, humanismes, scientismes… ET démocratie ou physique des êtres humains, ou science générique (des) humain(s)… dont les données qui ont le plus d’amplitude et surtout d’irréversibilité (y compris donc sémiologiques !) sont sans conteste (?) – malheureusement ou non – celles (de l’) histoire.

    jerome ramond – philosophe, non-philosophe et historien.

  2. méfions-nous des citations à propos de Laruelle – concepteur dans les années 70 du matérialisme politique (1), « latent » chez Nietzsche (qui énonce a et non-a dans le même aphorisme) – mais franchement « machinique » chez Laruelle et ce jusqu’en 2010 (2).
    Autrement dit le non-marxisme est surtout une tentative politique – machinique – de transformer irréversiblement les communistes – ailleurs les philosophes et les scientifiques, ailleurs les juifs et les chrétiens – en purs démocrates, « herméneutes minoritaires » (1) de la condition humaine enfin.

    (1) Laruelle, F. (1978). Au-delà du principe de pouvoir, Payot, Paris
    (2) Laruelle, F. (2010). Philosophie non-standard, Kimé, Paris

    jerome ramond

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s